Nosseigneurs Lafleche et Gravel, les Peres de la Grande Char- treuse, ses compatriotes de Saint-Claude, Jura, les habitants de Saint-Boniface et d’autres paroisses manitobaines répondirent‘ a son appel.

Dom Benoit aborda la question d’un nouveau monastere au préne de la messe, puis i1 consulta les paroissiens dans une as- semblé-e générale. On décida de batir un monastere définitif, dont une partie servirait d’église provisoirement.

Les colons se mirent a l’oeuvre sans délai; ils abattirent des arbres et les charroyerent avant la fonte des neiges. Dom Benoit encourageait les uns, secouait les moins actifs, réprimandait les paresseux. Grace a son ardeur, sa tenacité et sa perséVérance, il surmonta tous les obstacles et mena l’entreprise a bonne fin.

Le premier avril 1892 on posait les billes de chéne qui devaient servir de base a l’édifice et, du quatre au onze avril, on érigea les murs. La batisse avait la forme d’une croix grecque comportant un rez-de-chaussée et un étage, et des Cotes de 25 pieds.

Cependant, les travaux furent interrompus a cause de la pénurie d’argent, des semailles, des besognes chez soi, des batta- ges, etc. Durant l’été Dom Benoit fit charroyer de Treherne a N otre-Dame-de-Lourdes plusieurs charges de planches d’épinette, soit 18,000 pieds carrés qu’il avait achetés a Selkirk. Apres des efforts intermittents, des interruptions, des lenteurs et des ennuis, les travaux se poursuivirent avec plus d’entrain et d’ardeur.

Les Peres entrerent dans leur nouveau monastére 1e onze novembre 1893, fete de saint Martin. Le soir de ce jour que Dom Benoit avait choisi a cause de sa grande devotion a ce saint, patron de la France, la statue de Notre-Dame-de-Lourdes, don du curé Bitsche, fut transportée solennellement a l’église-monas- tere et une consecration a Marie fut lue par Dom Benoit:

“O Bienheureuse Vierge Marie, Mere de Dieu, en ce moment ou, pour la premiere fois, nous venons habiter ce monastere, nous vous l’offrons et le consacrons en notre nom et au nom de tous ceux qui s’y succéderont d’année en année. Nous voulons que vous y soyez la maitresse, la reine et la mere . .

“Ecartez de cette maison sainte les esprits de malice pour qu’ils ne nuisent pas a nos ames et a nos corps; les feux du ciel

115