Oriental, pour fuir les guerres tribales. Aprés ses études primaires, il entre au Petit Sérninaire Saint-Thomas a Mbujimayi, dans la province du Kasa'1' Oriental, 01‘1 i1 obtient son dipléme dc fin d’études littéraires et latines en 1971. La . meme année’ 118mm?“ L’abbé Benjamin Kazadi- Grand Sémlnalre Shbanl

Interdiocésain du Kasa'1'

d’ou i1 obtiendra un bachelier en philosophic en 1974. Il devicnt bachelier en théologie au Grand Séminaire Théologicum en 1978. Il est 0rd0nné prétre 1e 13 aofit 1978 a Mbujimayi par l’évéque, Mgr Tharcisse Tshibangu. Aprcs dix ans de ministére pastoral en paroisse comme vicaire, animateur de la zone pastorale, curé et professcur de philosophic, de latin et de frangais dans les écoles sccondaires, l’abbé Benjamin se rend au Canada en 1988 pour compléter ses études supérieures en philosophie, théologie et missiologie a l’Université d’Ottawa et a l’Université Saint—Paul. Lors de ses études, i1 exerce son ministere sacerdotal dans l’archidiocese de Montreal ainsi qu’au Sanctuaire Notre—Dame-du—Cap durant les saisons dc pelcrinage.

La situation politique au Zaire étant critique, l’abbé Benjamin decide de s’établir au Canada. 11 recoit sa citoycnneté canadienne en décembrc 1999. C’est en 1996, cependant, qu’il rencontre Mgr Hacault 21 Ottawa. Ce dernier l’invitc a venir faire du ministere a Saint—Boniface. Suite au décés dc Mgr Hacault, l’abbé Léonce Aubin, alors chancelier, communique avec l’abbé Benjamin qui accepte dc prendre en charge les deux paroisses vacantes. Mgr Perron, alors administrateur diocésain, le nomme administrateur des paroisses de Saint—Pierre et de Saint-Viateur en septembre 2000.

L’abbé Benjamin aime beaucoup parlcr en paraboles; i1 aime taquiner, sourire et faire rire les gens.

Pére Guy Lavallée omi

Le Pére Guy est natif de Saint—Laurent, Manitoba. Il est 1e 15 novembre 1939, de l’union dc Pierre Lavallée et de Madeleine Beauchamp. Il est le plus jeune dc quatorze enfants, dix filles ct quatre garcons. Il fait son école primaire dans son village natal. Plus tard, il poursuit son cours classique au Juniorat a Saint-Boniface et au College Mathieu de Gravelbourg, Sask.

Le 15 aofit 1960, i1 fait son entree au Noviciat des Peres Oblats a Saint-Norbert. Il poursuit ses études en philosophic ct en théologie au Scolasticat dc Lebrct, Sask., et a l’Université Saint-Paul, 5 Ottawa. 11 est ordonné prétre Oblat de Marie _ Immaculée 1e 6 juillet pére Guy Lavauée 1968, a Saint-Laurent.

Il oeuvre dans différentes paroisses tant en ville qu’a la campagne. Il travaille aussi avec les communautés autochtones et métisses au Manitoba et dans les provinces dc l’ouest.

En 1985, i1 rctoume aux études a 1’Université de Colombie~Britannique, 51 Vancouver, 01) i1 obtient une maitrise en Anthropologie socioculturelle. Par la suite, il enseigne aux universités 51 Ottawa et a Saskatoon pendant huit ans. Il revient au Manitoba apres avoir passé neuf mois en Inde en vue de faire l’apprentissage de la culture et de la spiritualité hindoues.

Au mois dc juillet 2004, 1c Pcre Guy Lavallée est nommé administrateur de la paroisse de Saint- Pierrc. Apres avoir donné une vingtaine de prétres a la communauté dcs Oblats, Saint-Pierre-Jolys est heureux d’accueillir son premier pasteur Oblat!

ORGANISATIONS FEMININES

Des les tout premiers temps de la colonic, l’on remarque, parmi les activités féminines de la paroisse, les Dames dc Sainte-Anne (1898) qui exercent la charité aupres des maladcs et des personnes dans le besoin. Les Enfants de Marie est un organisme semblable, mais destiné aux jeunes filles. Vers 1940, d’autres organismes voient 1e jour afin de répondrc plus spéficiquemcnt aux besoins créés par la guerre. Cc sont la Croix—Rouge, 1a Société ambulancierc St—Jean et des groupes tels les Fonds dc secours aux soldats. Le Comité de santé, l’Unité sanitaire, Les Dames auxiliaires (1948— 1975) et la Guilde de l’hopital (1959-1996) viendront plus tard s’ajouter a la listc des organismes de bicnfaisance.

Les Dames auxiliaires ont démontré un dynamisme et un leadership exceptionnels dans la paroisse. Parmi les nombrcux projets qu’elles ont initiés, mentionnons celui du Centre récréatif dont elles furent les instigatrices. En effct, en s’alliant les hommes d’affaires, les fermiers et toute la population, 1e Centre récréatif (1952) devient un

28